La dernière des Stanfield, mon premier Marc Levy

Derniere_stanfield_MarcLevyJe n’avais jamais lu de Marc Levy. J’ai plus l’habitude des polars anglo-saxons ou d’europe du nord. Pourquoi j’ai acheté ce livre? Est-ce la couverture, le titre ou car le pitch me rappelait un peu celui d’un autre livre que j’ai beaucoup aimé l’an passé : La dernière réunion des filles de la station service de Fannie Flagg?  Je ne saurais le dire.

J’ai mis environ 1 mois pour le lire, pas parce qu’il ne m’intéressais pas mais par manque de temps. J’ai vraiment beaucoup aimé l’histoire, l’enquête, les secrets de famille et cerise sur le gâteau la petite référence à la généalogie ! Quand je dis que ma passion est toujours utile. Par contre il faudrait dire à M. Levy que la vraie date de la reddition allemande en 1945 c’est le 7 mai à Reims. Non mais.

Bon si vous voulez mon avis, si toutes ses histoires sont dans ce genre la ce livre était mon premier Marc Levy, mais ne sera pas le dernier.

Résumé de l’éditeur

Ma vie a changé un matin alors que j’ouvrais mon courrier. Une lettre anonyme m’apprenait que ma mère avait commis un crime trente-cinq ans plus tôt.
L’auteur de cette lettre me donnait rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore et m’ordonnait de ne parler de cette histoire à personne.
J’avais enterré Maman à Londres au début du printemps ; l’été s’achevait et j’étais encore loin d’avoir fait mon deuil.
Qu’auriez-vous fait à ma place ?
Probablement la même erreur que moi.

Eleanor-Rigby est journaliste au magazine National Geographic, elle vit à Londres.
Un matin, en rentrant de voyage, elle reçoit une lettre anonyme lui apprenant que sa mère a eu un passé criminel.
George-Harrison est ébéniste, il vit dans les Cantons-de-l’Est au Québec.
Un matin, il reçoit une lettre anonyme accusant sa mère des mêmes faits.
Eleanor-Rigby et George-Harrison ne se connaissent pas.
L’auteur des lettres leur donne à chacun rendez-vous dans un bar de pêcheurs sur le port de Baltimore.
Quel est le lien qui les unit ?
Quel crime leurs mères ont-elles commis ?
Qui est le corbeau et quelles sont ses intentions ?
Au coeur d’un mystère qui hante trois générations, La Dernière des Stanfield nous entraîne de la France occupée à l’été 44, à Baltimore dans la liberté des années 80, jusqu’à Londres et Montréal de nos jours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s